Elections Européennes du 7 Juin: " Il faut une réponse politique à la crise sociale en France et en Europe"

Publié le par Fabrice C.


Frédéric ALLIOT est en 5ème position sur la liste du Front de Gauche pour changer d'Europe ( Parti de Gauche, Parti Communiste, Gauche Unitaire) conduite par Jacky HENIN Député sortant dans la région Nord Ouest ( Basse et Haute Normandie, Nord / Pas de Calais, Picardie ).Il répond à nos questions .

VDG : Les adhérents du Parti de Gauche ont souhaité vous présenter à cette élection ? Quel sens donnez - vous à cette candidature ?

FA : Lors des deux grandes manifestations de janvier et de mars dernier j’étais dans les rues de Soissons et j’ai pu mesurer l’ampleur de la grogne sociale, le cri de révolte de celles et ceux qui « n’arrivent plus à joindre les deux bouts » ou qu'on licencie alors que les dirigeants et actionnaires des grandes sociétés se moquent ouvertement de chacun d’entres-nous. « Cette crise n’est pas la nôtre et ce n’est pas à nous de la payer », les luttes sociales qui s’amplifient martèlent cette revendication, mais elles doivent maintenant déboucher sur une perspective politique visant non pas à modérer le capitalisme mais à réinventer ensemble un autre projet de société. C’est le sens de mon engagement et cela commence le 7 juin prochain à l’occasion des prochaines élections européennes.

VDG : L’Europe, c'est des lois, des directives, des traités entre États, tout cela peut sembler lointain. En quoi sommes-nous concernés par le scrutin du 7 juin ?

FA : Vous avez raison, l’Europe c’est depuis 1992, 37 000 règlements et 6 000 directives. Chaque année, 700 directives nouvelles, 80% des lois françaises sont des transpositions des directives européennes. Et vous croyez que cela n’affecte en rien notre quotidien ? En fait, l’Europe sert à mettre aux normes ultras libérales nos lois sociales et notre mode de vie. La construction européenne devait être la solution, c’est en fait un problème dont nous devons d’urgence nous occuper.

VDG : Vous voulez faire des Européennes un double référendum. Un contre la politique menée par Sarkozy, l'autre contre le traité de Lisbonne et l'orientation libérale de la construction européenne. Quel est le lien ?

FA : C’est en effet un double référendum car l’échec de la politique de Sarkozy et de la politique européenne est lié. Nous subissons en France et en Europe les effets d’une concurrence libre et non faussée qui favorise le profit contre l’emploi, les privatisations  contre l’intérêt général,...Toutes les activités humaines deviennent source de profit, le modèle républicain est en danger .Il faut donc dire NON à Sarkozy, NON au traité de Lisbonne et OUI à une Europe sociale, démocratique et écologique.

VDG : Le Président de la République a réussi à contourner le vote négatif des Français ( 67 % des axonnais) sur la constitution européenne en faisant voter par le Sénat et l'Assemblée Nationale, le traité de Lisbonne ou « traité simplifié ». On peut regretter que les Français n'aient pas à nouveau été consultés, mais aujourd'hui, n'avez-vous pas le sentiment que, sur cette question, la messe soit dite ?

FA : Absolument pas tout est réversible. Ce que les puissants nous imposent par des textes le peuple peut le rejeter dans les urnes. Il est vrai que nous vivons un déni de démocratie avec le non-respect du vote populaire qui avait rejeté le traité constitutionnel en 2005. Mais le 7 juin prochain, le peuple doit à nouveau parler et exprimer sa révolte. Les candidats du Parti de Gauche en appellent à l’insurrection civique et à la révolution par le bulletin de vote. Seule une nouvelle majorité au parlement européen peut de part sa volonté changer d’Europe. Cette exigence est majoritaire en France depuis 2005 et elle ne cesse de grandir à travers le continent

VDG : Trois partis, le PG, le PCF et la Gauche Unitaire de Christian Picquet (ex NPA) composent « le Front de Gauche.» Avez-vous atteint vos objectifs de rassemblement ?

FA : Non, car ce rassemblement est naissant et il ne se limite pas à une simple union de partis politiques. D'ailleurs, plusieurs groupes locaux et associations, pour la plupart issus des collectifs du NON de gauche au référendum de 2005, nous ont d’ores et déjà rejoint. Mais surtout « le Front de Gauche » est ouvert à toutes celles et ceux qui préfèrent l'unité de la gauche antilibérale à l’éparpillement. Nous multiplions les initiatives dans le département pour favoriser cette dynamique et les résultats sont très encourageants.

VDG : Le Parti Socialiste dit «  vouloir changer l'Europe maintenant », vous « il faut changer d'Europe. » Ou est la différence ?

FA : Une chose est sûre, il y a une contradiction réelle à vouloir changer l’Europe tout en votant  le traité de Lisbonne qui est le traité constitutionnel bis de 2005 en plus long et compliqué.

 Je rappelle que seuls les parlementaires communistes, les républicains comme Jacques Desallangre, quelques Verts comme Martine Billard et quelques socialistes comme Jean Luc Melenchon et Marc Dolez se sont opposés au traité de Lisbonne.

 Par ailleurs, changer l’Europe en introduisant, de temps en temps, une dose de sociale au compte goutte ne fera pas obstacle aux ultras du libre échangisme. Ce n’est pas ce que nous proposons et les électeurs de gauche sauront faire la différence.

VDG : Les salariés de Nexans, Dunlop sont notamment touchés sur notre département par les licenciements boursiers. Concrètement que peut apporter le « bouclier social » qui figure dans votre programme?

FA : Au-delà d’un bouclier social qui favorise une harmonisation sociale par le haut, il faut un bouclier douanier sélectif pour contrer les délocalisations sauvages et le dumping social. Dans notre projet pour une Europe sociale et écologique, nous proposons également un moratoire immédiat à toutes les ouvertures à la concurrence comme pour le rail, la poste, l’énergie… Enfin, nous voulons sortir de la logique de la banque centrale européenne qui joue contre l’emploi et empêche la relance par le pouvoir d’achat. Bref, il faut vraiment changer d’Europe ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article