L'Aisne Nouvelle du 8 Juin 2009 les réactions aux européennes à chaud

Publié le par garance

 

Pierre André, UMP sénateur et maire de Saint-Quentin : « En dehors de la participation qui est à peu près la même sur l'ensemble de l'Europe, les résultats à Saint-Quentin sont une grande surprise pour ceux qui soutiennent le président de la République. On se retrouve ici avec plus de 31 % des voix alors que nous avions fait 14 % en 2004, ça montre le chemin parcouru avec une gauche qui est à peu près à 25 %, ça n'est jamais arrivé dans l'histoire municipale. C'est le soutien de la population à son équipe à Xavier Bertrand et Pascale Gruny. Le score que nous réalisons était totalement imprévisible. le Front National perd 1 % par rapport à 2004 ».

Anne Ferreira, PS députée européenne sortante : « C'est la déception pour le score de Saint-Quentin mais aussi national et Européen. D'ores et déjà on sait que l'on reconduit la majorité de droite. Je suis déçu pour le PS. Les électeurs ont voulu sanctionner un parti qui leur a semblé ne pas assez s'occuper d'eux. Nous avions pourtant un programme ambitieux qui répondait aux problèmes des Français, les Français ne l'ont pas forcément compris. Mais c'est la réussite de la stratégie de l'UMP : pas de débat. C'est une sanction des électeurs pour les leaders qui n'étaient pas en phase avec eux ».

Isabelle Létrillard, Libertas : « Une déception mais il ne faut pas oublier qu'il y a eu 60 % d'abstention. On prend date avec Nicolas Sarkozy il s'est engagé pour un protectionnisme européen tout en faisait le traité de Lisbonne qui l'interdit et il s'est prononcé contre l'entrée de la Turquie mais les chapitres d'adhésion ne font que s'accéléraient. Les gens ont voté pour lui parce qu'ils étaient rassurés ».

Eric Delhaye, Modem : « C'est évidemment une grande
déception nous ne nous en cachons pas. Nous sommes avec Corinne Lepage Cap 21 fondateurs du mouvement démocrate nous voulons faire du Modem le parti du développement durable. Nous n'avons peut être pas assez était entendu sur cette thématique de l'écologie qui a pris une place extrêmement importante dans le résultat de ce soir. Avec un PS laminé détrôné par Europe écologie, Nicolas Sarkozy a le champ libre, il va falloir réfléchir à un rassemblement plus large autour du centre ».

Frédéric Alliot, Front de Gauche : « C'est un peu la déroute pour la gauche, il est necessaire dès maintenant  de créer un électrochoc pour envisager l'avenir. Dans la déroute de la gauche, le front de gauche a su résister il y a 6 mois il n'existait pas, il peut devenir un élément pour rebattre les cartes au sein de la gauche. Le PS est affaibli les électeurs se posent des questions, son projet n'était pas perceptible pour les électeurs. Il nous faut continuer à rassembler autour de Jean-Luc Mélenchon pour créer un véritable front populaire ».

Pascal Gruny, UMP : « Avec 31,10 % à Saint-Quentin je suis super ravie, c'est au delà du national. La campagne a était pour moi difficile avec une campagne adevrse anti Sarkozy, anti UMP... C'est un beau pied de nez. Si je ne suis pas élue ce n'est pas grave l'important est ce score national au delà de nos espérances ».

Wallerand Saint-Just, Front National : « Dans l'Aisne le score montre une résistance parfaite du Front National.C'est de trsè bonne augure pour les élections futures dont les régionales. Sur le région Nord-Ouest c'est aussi un très bon résultat, on avait dit que le GFN était mort à cause ou grâce à M Sarkozy, pas du tout. La Picardie et l'Aisne restent un bastion du Front, nous faisons jeu égal avec le Pas-de-Calais. Notre électorat n'est
qu'ouvrier ».


Publié dans Dans la Presse

Commenter cet article