Soutien aux salariés de TRANSCOM à Soissons

Publié le par Frederic Alliot



Ce matin j'ai rencontré l'intersyndicale de  TRANSCOM au quartier Gouraud , la zone franche de Soissons. Il s'agit d'un centre d'appels appartenat à un groupe suédois qui possède plusieurs filiales en France et qui commence à délocaliser en Tunisie.

Lors de son implantation,cette société a bénéficié de subsides importants  de l'Etat, du Conseil Régional de Picardie et de la Communauté d'Agglomération de Soissons . Elle devait employer 300 personnes.

Ils sont 150 aujourd'hui, sous payés, avec des conditions de travail douloureuses, les départs n'étant pas remplacés alors que dans le même temps la filiale tunisienne se développe.

Les salariés s'alarment à juste titre et nous devons exiger, nous élus, des comptes aux dirigeants qui ont utilisé de l'argent public .

je porte à votre connaissance  le communiqué de presse que j'ai rédigé avec Jacques DESALLANGRE  


  

Soissons le 22 Juillet 2009




Soutien aux salariés de TRANSCOM  SOISSONS en grève

 

 

 

Alors que s'ouvre aujourd'hui à VELIZY en région parisienne, la négociation nationale des salariés du suédois TRANSCOM  avec la direction France, les 150 employés du site du parc Gouraud à Soissons se sont mis en grève afin d'appuyer leurs revendications.
Avec à son actif plusieurs centre d'appels en Europe et en Afrique du Nord, ce groupe a bénéficié, lors de son installation dans cette zone franche urbaine, de subventions publiques importantes notamment  du Conseil Régional de Picardie, de la Communauté d'Agglomération du Soissonnais et de l'Etat au niveau de la formation de son personnel.

 

Ces aides publiques devaient privilégier la création d'emplois, dont  l'objectif initial était, il faut le rappeler, de 300 emplois au démarrage de l'activité.

Aujourd'hui le site soissonnais emploie 150 personnes avec des petits salaires qui supportent  des cadences de travail difficilement supportables. Par ailleurs le site en Tunisie se développe, ce qui laisse craindre aux salariés à terme  une délocalisation hors de France et l'existence même  de cette unité  sur  Soissons.

A la suite de leur  rencontre de ce matin avec les représentants de l'intersyndicale CGT, CFDT, CFTC, et FO  Le Député Jacques DESALLANGRE, Frédéric ALLIOT Maire adjoint de Soissons et les membres du Parti de Gauche de l'Aisne tiennent à apporter leur appui aux grévistes dans cette lutte courageuse pour demander aux dirigeants de TRANSCOM le respect de leurs engagements de développer l'activité en terre soissonnaise  et d'éviter le démantèlement de l'entreprise vers l'étranger.

Jacques DESALLANGRE et Frédéric ALLIOT  en appellent aussi aux  élus locaux  des autres collectivités territoriales qui, par leur politique économique, ont abondé en aides publiques la création de cette filiale sur le quartier Gouraud.  Ils doivent être vigilants sur l'utilisation des fonds publics, rester attentifs à l'évolution de ce dossier et demander des comptes aux dirigeants de cette société.

Le contrôle des fonds publics est un élément important du respect et de la reconnaissance de la place des salariés au sein de l'entreprise. L'argent public est destiné  au développement de l'emploi  et non à financer des politiques de multinationales   privées qui n'ont que pour seul credo la rentabilité financière et le profit à tout prix.

La lutte des salariés de TRANSCOM Soissons mérite le soutien et l'engagement de tous les soissonnais.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

angoisée 26/07/2009 17:33

Merci beaucoup pour votre soutien car nous avons tous besoin d'épaules pour nous aider à se relever.Beaucoup d'entre nous avons une boule au ventre chaque jour en venant travailler et ce stress nous conduit à être malheureusement souvant en arrêt maladie: oui c'est bien une triste vérité alors qu'à l'ouverture du centre en 2006 on aimait tous notre travail même si nous savons que c'est un métier assez dur moralement , mais on s'accrochait tous et aujourd'hui voilà: reduction du temps de travail à 30h pour un salaire de misère ,annualisation du temps de travail ( fini la vie de famille avec des horaires de travail entre coupés de pauses forcées ,  et comment gerer son emploi quand certains ont des enfants ????)Je veux vous dire encore  MERCI de nous accompagner et de nous comprendre .