point avec le journal l'UNION sur la préparation de SOISSONS en SC'AISNE

Publié le par garance

 Avant de partir en vacances j'ai rencontré Ludivine Bleuzé journaliste de l'UNION avec qui j'ai évoqué la mis en place du programme de ce nouvel évenement sur Soissons le dernier weekend de septembre. ci dessous extraits de l'article

 

Frédéric Alliot, adjoint à l'animation, explique l'esprit de cette nouvelle fête.

Finies les fêtes de la rivière et du haricot, la Ville veut donner autre chose à manger à ses habitants. Une nouvelle manifestation d'envergure sort de l'eau.

PAS de joker, la réponse est claire. C'est à la fois oui et non. Y a-t-il une volonté de la nouvelle équipe d'imprimer sa patte personnelle dans les animations de la Ville ?

Oui car effectivement il n'y aura plus ni fête de la Rivière en juin ni fête du Haricot fin septembre mais un événement unique et nouveau : « Soissons en Sc'Aisne ». Frédéric Alliot, adjoint à l'animation, l'assume pleinement : « Cela correspond à la volonté de changer l'image de cette ville et d'en montrer le dynamisme retrouvé ».

Pour autant, l'élu municipal « mesure le travail qui a été fait auparavant. Ce n'est pas un règlement de compte. On ne veut pas rayer ou dénigrer ce qui a été fait. Ce n'est d'ailleurs pas en rupture totale ». La fête se déroulera sur les bords de l'Aisne comme feue la fête de la Rivière et comportera un marché gourmand et des animations autour du gros jacquot comme la désormais cuite fête du Haricot. Marquer de son empreinte la vie festive soissonnaise n'est pas la seule motivation.

Restrictions budgétaires obligent, le budget fêtes et cérémonies a été amputé de « 20 % ». Des choix s'imposaient. « Nous avons mutualisé les moyens techniques et financiers des deux fêtes », indique Frédéric Alliot. L'addition de la fête de la Rivière et celle du Haricot s'élevait à 223 000 euros. « Là nous sommes autour d'un budget de 200 000 euros. Sachant que ce chiffre est provisoire dans le sens où nous sommes toujours en discussion avec les professionnels qui interviennent ».

Pas au rabais

Avec une manifestation au lieu de deux, on pouvait s'attendre à un budget divisé d'autant. L'ambition de la municipalité n'était pas de faire de cette première édition une fête au rabais. Bien au contraire. Avec le projet retenu d'aménagement des berges de l'Aisne, « l'un des deux projets structurant pour la ville », l'idée est d'investir totalement le lieu et de faire que les Soissonnais s'approprient à la fois cet espace et le projet. Que la rivière Aisne redevienne une colonne vertébrale, un axe de vie et non plus une barrière.

L'Aisne sera mise en scène durant deux jours et demi donc, les 25, 26, 27 septembre avec « un important volet associatif. 60 associations nous ont répondu ». Du vendredi soir au dimanche soir, sur les deux berges, une quarantaine de spectacles gratuits se succéderont. Cinq podiums seront installés. Un millier de bénévoles s'activeront. S'il est en cours de finalisation, le programme s'annonce « culturel et sportif. Danses, chants, spectacles, concerts, animations déambulatoires, un grand spectacle le samedi soir sur l'eau avec de la pyrotechnie ».

Clins d'œil

Des clins d'œil autour des silos, avant leur destruction, seront orchestrés avec une descente chorégraphiée du club d'escalade ou encore un espace dédié aux tagueurs. À la halte fluviale, les Soissonnais pourront se rendre compte du projet d'aménagement des berges à travers une exposition.

Ludivine BLEUZÉ

Publié dans Dans la Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article