Cet article de l'hebdomadaire Marianne paru Lundi sur Chauny est édifiant....

Publié le par

La France en crise, modèle réduit: bienvenue à Chauny (1/3)

 

Activité économique en déconfiture, tensions raciales, Front national en embuscade, autorités locales se renvoyant la balle: bienvenue à Chauny, bienvenue dans cette France en crise en modèle réduit, la France de Sarkozy…



(photos: G.A. pour Marianne)
(photos: G.A. pour Marianne)

Sous sa chapka, son nez a déjà doublé de volume. Hamza est collégien. Il fait les cent pas devant le lycée Gay-Lussac, en centre-ville de Chauny, et rien ne semble pouvoir le calmer. Il est venu, dit-il, « chercher sa petite amie ». Une poignée de minutes plus tôt, il a eu affaire à un autre genre d’« amis » : « quatre fachos », comme il les appelle. Un coup de tête aura suffi à lui refaire une beauté qu’aura bien du mal à apprécier celle qu’il est venu retrouver à la sortie du lycée… Ses vrais potes sont là aussi. Une quinzaine d’ados âgés de 15 à 18 ans, tous ou presque d’origine maghrébine. Comme à chaque fin de journée, ils tiennent le muret à droite de l’entrée de l’établissement scolaire. Mais le nouveau visage d’Hamza ne semble pas les inquiéter plus que ça. La force de l’habitude sans doute. Depuis des mois, ils s’opposent à un groupe de jeunes qui se disent « nationalistes ». Eux y voient simplement des « nazis », des « skins » et rien d’autre. De quoi secouer cette petite commune de l’Aisne de 13 000 habitants située à une trentaine de kilomètres de Saint-Quentin, la ville de « l’assureur militant » Xavier Bertrand.


«Oui, je suis raciste... contre les cons!»

La France en crise, modèle réduit: bienvenue à Chauny (1/3)

Ce mardi soir, il n'y a pas que Hamza et ses copains devant le lycée. Neuf gendarmes font le pied de grue devant « Gay-Lu ». Sans compter les véhicules bleu nuit qui passent régulièrement et au ralenti devant les grilles. Objectif : éviter que ça ne dégénère entre les deux groupes et les escorter jusqu’à la place Bouzier, la gare routière aménagée à quelques centaines de mètres de là, de l’autre côté de la ville. Neuf gendarmes ? Le dispositif est plus léger qu’au début du mois de novembre. Jusqu’à quarante représentants des forces de l’ordre ont parfois été mobilisés pour éviter les affrontements. Sans que ça ne soit toujours suffisant : fin novembre, les passages devant le tribunal de Laon se sont multipliés. Un frère et sa sœur, Lucie et Mario Luisetti, 18 et 19 ans, adhérents du FNJ et enfants de Jean-Jacques Luisetti, le dirigeant du FN chaunois ont été reconnus coupables de faits de violence. Ils ont chacun écopé de 100 heures de Travail d’intérêt général à accomplir sous 18 mois, le tout assorti d’une somme de 200 euros à verser à leur victime. Dans une autre procédure, les mêmes — c’est dire si tout ça est simple — se sont retrouvés estampillés victimes. Leurs agresseurs se revendiquant « anti-racistes » ont tous trois été condamnés à du TIG. L’un deux a même hérité de trois mois de prison avec sursis… 

  

Depuis ce dernier passage devant la justice, tout le monde répète à l’envi que « tout est rentré dans l’ordre », que « la situation est apaisée ». Comme pour s’en convaincre. Sauf que la tension reste palpable et que, dans les deux camps, aucun jeune ne semble vouloir passer l’éponge et encore moins la jeter. Sacha, 16 ans, est de ceux-là. Pendant qu’un de ses amis joue la provoc devant Gay-Lussac en beuglant « La France ne veut pas de nous, on la baise » agrémenté d’un « joli » « Liberté, égalité, eau, gaz et électricité », il explique calmement qu’aucun d’eux ne comptent « se laisser faire et s’écraser » : « Et puis quoi encore ? Ils disent que ce n’est pas notre pays. Mais on est français. Qui s'est battu pour la France pendant la Seconde guerre mondiale ? Les Arabes. » Un discours repris quasi mot pour mot par un jeune garçon assis à ses côtés. Lui dont le petit frère s’est fait condamner par le tribunal de Laon se dit « raciste » : « Oui, je suis raciste... contre les cons ! Eux ils défilent en chantant La Marseillaise, en criant “Mort au kebab ! Vive le jambon-beurre !” et d’autres conneries du genre, c’est quand même inadmissible. Il est où Sarkozy ? » 

  

Dans le camp d’en face, non plus, on ne semble pas prêt à remiser aux oubliettes les événements passés : « On est obligé de rester en groupe. Ils viennent à quinze ou vingt et s’en prennent aux filles », explique Romain, élève en terminale ES à Gay-Lussac, cheveux blonds gominés et veste Fred Perry sur les épaules. Un autre, coupe militaire réglementaire et visage émacié, renchérit : « On défend simplement ce qui aujourd’hui est apparemment devenu indéfendable ! Dans certaines écoles, le cochon est interdit ! Maintenant, ils construisent même des mosquées ! Quand on voit l’état des églises… » 

  

Mais il ne faut pas oublier la majorité silencieuse constituée de ces lycéens qui ne veulent surtout pas avoir à choisir leur camp comme Nicolas, Sandra, Grégory ou Alyssia. Les affrontements entre bandes rivales, ils n’en parlent pas à leurs parents parce qu’« avec la crise, ils ont déjà assez de soucis comme ça ». Ou comme Noémie aussi. Elève en terminale BEP-comptabilité, elle est représentante des élèves au Conseil d’administration et au Conseil de la vie lycéenne de Gay-Lussac. La jeune fille de 18 ans trouve l’ambiance « très pesante », mais prend son mal en patience en se disant qu’heureusement, pour elle, « Chauny, c’est bientôt fini ». Elle ne pense qu’à une chose : « Partir d’ici, pourquoi pas aller dans le Sud ». Parce qu’elle en est sûre : « Tout ça va mal finir » !


«Avant la fin d’année, Chauny passe sur une chaîne de télé nationale avec un mort»

La France en crise, modèle réduit: bienvenue à Chauny (1/3)

Elle n’est pas la seule à le penser. Un membre des forces de l’ordre confie que, selon lui, « avant la fin d’année, Chauny passe sur une chaîne de télé nationale avec un mort ». Lui a constaté l’apparition des premiers tags racistes en ville et à ses abords il y a « près de trois ans, en même temps, dit-il, que l’immigration a commencé à se faire plus visible, que les femmes ont été plus nombreuses à porter le tchador ». D’après lui, tout aurait pris une tournure encore plus particulière depuis que le FN a annoncé vouloir tenter de prendre la mairie et qu’un commerce d’un genre un peu particulier a ouvert ses portes à Chauny.  

   

Le responsable de ce magasin s’appelle Philippe. Il a 35 ans, « une femme, trois enfants et un quatrième à qui il faut verser une pension ». Il ne rechigne pas à parler. Seule condition : que le nom de la boutique ne soit pas cité, « les patrons n’apprécieraient vraiment pas ». Qu’importe, ce commerce situé à deux pas du poste de police municipale, dans une rue longeant la mairie, est connu comme le loup blanc à Chauny et dans les environs. Et pour cause : Philippe vend du Lonsdale, du Fred Perry, du Hardcore, du Hooligan... Rien d’illégal en soit. Seulement des marques de vêtements que l’extrême droite s’est appropriée et dont les « nationalistes » chaunois semblent raffoler. En particulier la marque Lonsdale dont le nom contient les lettres « NSDA » rappelant le sigle du parti nazi allemand, le NSDAP. Philippe est un grand gaillard, tout de noir vêtu. Arborant piercings et tatouages tribaux, il se dit « neutre » dans cette affaire : « Si c était un magasin à caractère raciste, ça se saurait. Ici, on n’écoute pas de Oi! ou de RAC (Rock against communism, ndlr), seulement de la musique Hardcore. » Dans la boutique, la musique techno joue en effet à toute berzingue. Quant aux vêtements qu’il propose, il se défausse : « Du Lonsdale ? Mohamed Ali et Mike Tyson en ont porté ! Les jeunes s’approprient ces fringues. Moi, ce qu’ils pensent, ça ne me regarde pas. Je ne suis pas là pour faire de la politique. Je ne suis pas un maquisard. On n’est plus en 1945 ! » Les affrontements entre les deux camps ? Il les relativise aussi : « Quand on est jeune, on joue au chat et à la souris et puis parfois on se trouve. Ça nous est arrivé. Ça leur arrive. » Malgré tout, il a placé un petit écriteau sur la porte d’entrée du magasin, « Interdit aux mineurs de moins de 16 ans non accompagnés » : « C’est parce que certains viennent s’y réfugier quand ça se bouscule dans le centre-ville ».


«Tant qu’il y aura des bougnoules, il y aura de la vente!»

Lorsque trois adolescents font leur entrée et viennent le saluer, son discours se fait moins policé. Ce qu’il considérait quelques minutes plus tôt comme un simple « phénomène de mode » (le fait de porter ce genre de vêtements) devient finalement « une tendance plus profonde », plus « lancinante ». Et alors qu’il se regarde dans une glace en bombant le torse, il balance au plus chétif d’entre eux : « Il faut faire du sport, comme ça, personne ne vient t’emmerder dans la rue ! » Un « judicieux » conseil pour l’avenir. Pour le sien, d’avenir, Philippe ne s’en fait pas : « Tant qu’il y aura des bougnoules, il y aura de la vente ! » lâche-t-il dans un grand éclat de rire…   

    

Les trois jeunes relèvent à peine. L’un d’entre eux a le sourire scotché aux lèvres. C’est Romain, l’élève de Gay-Lussac. Il explique à nouveau refuser de se voir assimiler lui et les siens à des « skins ou des néo-nazis » : « On est nationalistes. On a l’amour du drapeau, c’est tout ». La jeune fille qui l’accompagne, veste Lonsdale et croix en strass façon Madonna autour du cou, entreprend quelques pas de danse et finit par ajouter son grain de sel : « La presse met de l’huile sur le feu, grossit les choses. Elle dit qu’on est des néo-nazis, qu’on “tape” des “sieg” (« sieg heil », le salut hitlérien, ndlr), mais c’est faux ! »

    

À Chauny, le « c-est-pas-nous-les-responsables-c-est-les-autres » est presque un art. Et pas seulement pour les jeunes, qu’ils fassent d'ailleurs partie d’un camp comme de l’autre. Ils ont apparemment été à bonne école : les adultes chaunois, face à ces événements, savent eux aussi se renvoyer copieusement la balle…

Publié dans Dans la Presse

Commenter cet article