Un soissonnais d'origine, Michel Gennesseaux quitte la mairie de Tergnier pour le Conseil Général

Publié le par Frederic Alliot

Je n'ai pas assisté au départ de mon ami Michel l'autre soir à Tergnier mais je sais que ce moment fut très particulier  tant pour l'intéréssé que pour les élus qui l'entouraient. Christian CROHEM le nouveau Maire de Tergnier et le député Jacques DESALLANGRE qui lui a fait confiance en l'embauchant, ont eu du mal à cacher leurs émotions. Le Journal l'UNION était présent. 

Le directeur général des services fêté hier soir en mairie
Départ d'une figure ternoise


 

Michel Gennesseaux, 43 ans, s'en va vers Laon avec son épouse et ses deux enfants. Son remplacement n'étant pas encore finalisé, c'est son adjointe, Pascale Poulle, qui assure l'interim au poste de DGS.

Hier, en mairie de Tergnier, on a fêté Michel Gennesseaux, depuis neuf ans directeur général des services. Il prend le même poste au Conseil général.

«JE ne voudrais pas que ce soit une montre… pour me rappeler mes nombreux retards ! ».

Hier soir à l'hôtel de ville de Tergnier, Michel Gennesseaux en était à l'étape des cadeaux dans la cérémonie amicale marquant son départ. Le directeur général des services de la Ville va prendre les fonctions de… DGS, cette fois au Conseil général de l'Aisne.

« Ce sont 18 ans que j'ai passés à Tergnier, une majorité professionnelle qui me permet de partir en pleine maturité vers le Conseil général. »
Michel Gennesseaux est arrivé en 1991 aux services techniques de la Ville. Il en a assuré la direction avant de prendre en 2000 la succession de Claude Florin au poste de DGS.

« Nous avons travaillé plus de dix ans ensemble », témoignait hier soir Claude Florin, revenu pour l'occasion en l'hôtel de ville de Tergnier, où il fut 22 ans secrétaire général, puis DGS. « Il était en quelque sorte l'interface entre moi et les « techniques », et quand j'ai pris ma retraite anticipée, je lui ai proposé ma place en accord avec Jacques Desallangre. »

Celui-ci rappela avec humour le début de carrière de Michel Gennesseaux : « Je t'ai enlevé à la banque. Tu pourrais être un trader aujourd'hui ! ». Et de poursuivre en qualifiant d'exceptionnels les DGS qu'il eut à ses côtés durant ses 26 années à la tête de la mairie : « Comme M. Florin, tu m'as, Michel, évité de faire des bêtises, dans l'emballement que peut connaître un maire ! ».
Repères et cohésion

Christian Crohem, maire, ajouta quelques qualificatifs à l'adresse du DGS en partance : « Efficacité, disponibilité, gentillesse et fermeté, avec beaucoup de clairvoyance dans l'approche des dossiers à aborder ».

Pas de doute, on le regrettera. D'abord pour ses compétences. Même si chacun au sein de l'équipe municipale redoutait secrètement ses prises de parole lors des conseils, ses explications dans la présentation des budgets étant aussi précises… qu'interminables ! Compétences, c'est certain, mais aussi on le regrettera pour sa dimension humaine.

Hier soir, d'ailleurs, en aparté, après avoir évoqué dans son discours les dates repères de son parcours ternois, Michel Gennesseaux oublia la mise en place des 35 heures (2001), les contrôles de la chambre régionale des comptes (2002 et 2007), l'essor de la communauté de communes (2003) ou l'avancée du projet de zone économique stratégique (2005), pour citer l'un de ses premiers chantiers en tant que DGS, l'aménagement de la place de la mairie : « Les services techniques étaient partie prenante pour l'installation des kiosques, et avec André Vigneron, responsable du service menuiserie, nous avons installé à la main les charpentes. C'est resté pour moi un moment fort d'équipe, de cohésion ».
Personne ne lui fait le coup, hier, de lui offrir une montre.
François FENÉ 

Publié dans Dans la Presse

Commenter cet article