Le Parti de Gauche de la 4ème circonscription de l'Aisne aux côtés des postiers de Tergnier en grève

Publié le par Frederic Alliot

Les préposés ne veulent pas voir leurs tournées allongées Les facteurs ne baissent pas les bras

 postiersengreve23fevrier2010.jpg

Regroupement des facteurs, hier. Solidarité contre une recherche de rentabilité à outrance

Hier matin j'étais avec les grévistes de la Poste en compagnie de Christian CROHEM Maire de Tergnier et Joseph LAZARESKAS Maire adjoint de Tergnier pour manifester notre soutien. Les effets de la privatisation commencent à se faire ressentir durement . Le Journal L'UNION était présent au démarrage de la manifestation.
«Le gain de temps de 20 minutes lié aux nouveaux casiers est totalement théorique ! ».
Hier matin, devant l'hôtel de ville de Tergnier, les facteurs étaient mobilisés, avec le renfort de collègues de Noyon vivant les mêmes difficultés, pour demander un soutien au maire, Christian Crohem, et au député Jacques Desallangre, représenté pour l'occasion par son attaché parlementaire Frédéric Alliot.

On connaît le problème : la direction a installé un nouvel outil de travail, des casiers changeant le mode de tri et permettant, selon elle, un gain de temps de 20 minutes, qu'elle entend retrouver dans les tournées des facteurs. Les facteurs clament, de leur côté : « On ne veut pas avoir de rattrapages d'horaires sur nos tournées ».
Résultat, rien dans les boîtes aux lettres ternoises depuis jeudi dernier.
Douze facteurs travaillent sur le grand Tergnier et sont aussi arc-boutés sur leurs tournées de 6 h 05 par jour que la direction l'est sur sa volonté d'allonger les parcours.
Frédéric Maillard, délégué CGT, notait hier : « Le 4 mars, ils veulent remodifier les tournées en nous rajoutant des rues ». Misère ! Christian Crohem jouait sur du velours en dénonçant « la continuité de la politique engagée de casse du service public ». Lui et Jacques Desallangre vont adresser des courriers à la direction régionale de La Poste pour demander au moins une reprise de la négociation. A noter que le député recevra, le 5 mars, une intersyndicale du centre de tri de Crouy (secteur de Soissons). C'est dire que le problème est vaste et que les cartes postales de Val-d'Isère ne sont pas prêtes d'arriver !
François FENE

Publié dans Dans la Presse

Commenter cet article