La solidarité s'exprime aussi par la musique : un concert au profit des Nexans

Publié le par


Le Courrier Picard a consacré un article sur la soirée de samedi en soutien aux salariés de Nexans. Des jeunes musiciens locaux sont venus apporter leur contribution à cet élan de solidarité qui traverse toutes les générations

lundi 16 novembre 2009

CHAUNY Nexans, une solidarité rock'n roll

Samedi soir, les groupes de rock locaux ont mis l'ambiance à la salle François Mitterrand lors du concert de la solidarité aux Nexans. 400 personnes y ont assisté.

Même si les salariés de Nexans ne sont pas dans la rue, ils ne lâchent pas le combat. Banderoles, tonneaux, et autres accessoires de manifestation, ont servi samedi soir à décorer la salle François Mitterrand, lieu où le comité de soutien aux Nexans a organisé un concert de solidarité. Changement d'ambiance donc mais le même message à faire passer à un public différents : ados et autres amateurs de rock.

Frédéric Millet, Clément Demoitie et Nicolas Catillon, respectivement 15, 15 et 24 ans ne sont pas venus prioritairement pour soutenir la cause des Nexans « Le groupe USS sont des amis à moi » commente Frédéric Millet. Les trois jeunes hommes sont surtout venus pour s'en mettre plein les oreilles et « pogoter » dans la salle. Ils suivent le combat des Nexans de loin. « Mon père participe aux manifestations des Nexans. » Clément, lui, habite à deux pas de l'usine. Nexans fait en quelque sorte parti de son quotidien.

« Les gens sont généreux,on sent un vrai soutien »

Sur les 400 entrées au concert, environ 150 familles de Nexans ont assisté au concert. Sébastien Dalher, l'un des salariés commente : « Les gens sont généreux. On sent qu'il y a un vrai soutien. Ça nous conforte dans notre combat. »

À l'entrée de la salle, un gros tonneau marqué « Dons Nexans » s'impose. Une tirelire géante que les amateurs de rocks remplissent comme bon leur semble en plus du prix d'entrée « symbolique » fixé à 2 euros.

L'objectif de la soirée : récolter des dons pour permettre aux salariés Nexans de continuer leurs actions.

Rémy Harté, 25 ans, a glissé 5 euros supplémentaires au prix du billet d'entrée. « C'est important d'être là pour défendre les Nexans. »

Parmi les visiteurs, la présence d'élus. Le maire de Chauny, Marcel Lalonde, des adjoints, mais aussi Jacques Desallangre. Le député commente : « Ce concert est une manière différente de lutter et d'être solidaire. J'espère que les jeunes ont conscience que les emplois qu'on supprime aujourd'hui à leur père, ils ne seront pas là pour eux plus tard. »

CAROLINE SUEUR

Publié dans Dans la Presse

Commenter cet article